1789 – Les amants de la Bastille – La captation 3D

1789 - Bastille

 

1789 est une comédie musicale française produite par Dove Attia, Albert Cohen et François Chouquet. Ce spectacle nous narre les événements qui se sont produits lors de la Révolution Française; c’est sans doute très romancé, mais ce n’est pas ce qui nous intéresse ici. On ne peut pas se leurrer, qu’on aime ou pas, il s’agit d’une grosse production nationale. Qui dit grosse production dit aussi ambition et budget.

Ce qu’on va regarder d’un peu plus près ici, c’est la façon dont le spectacle a été filmé pour le restituer en 3D. Le spectacle en soi est bien une création française, cependant, la captation 3D est elle, une collaboration avec la Corée du Sud. Elle est reconnue comme une experte dans le domaine de la 3D et pour cette super production, on a vu grand en faisant appel à la crème de la crème.

La matériel mis en place

Grue télescopique, rail travelling doté de 2 caméras 3D (donc 4 caméras),  un système aérien 1D (déplacement à la verticale), 8 caméras 3D (soit 16 objectifs au total) devant la scène ainsi qu’une caméra RED.

Mise en place

Une première prise de vue a été effectuée sans le public. La partie la plus basse des gradins a été retirée pour permettre l’installation d’une grue et de caméras pour avoir dans le champ, les visages des acteurs (voir photo ci-dessous). D’autres prises ont été effectuées, mais le dispositif a été déplacé plus haut dans les gradins. Ces différents enregistrements ont permis de varier les types de plan (gros plans, plans larges etc.). Enfin, des prises faites avec le public seront également intégrés pour créer une illusion, les spectateurs auront l’impression d’être dans les gradins. D’autres plans seront quant à eux employés, pour les effets spéciaux prévus en post-production.

Photo de la scène lors de la captation

Photo de la scène lors de la captation, le dispositif se trouve juste devant la scène.

Déroulement

Comme tout projet qui se respecte tout n’a pas fonctionné comme prévu. Des enregistrements supplémentaires ont du être réalisé pour obtenir de bons résultats. Divers problèmes de calibrages et autres réglages ont alourdi la note déjà élevée (1,5 millions d’euros) de cette captation. Un projet d’une telle ampleur fait aussi appel à un nombre importants d’acteurs : costumiers, scénographes etc. Ce qui nous intéresse ici, se sont les stéréographes. Ils permettent aux spectateurs de percevoir le relief grâce à leur travail en post-production. En amont du montage final, ils travaillent avec les différents intervenants (directeur de la photographie, costumiers, décorateurs notamment) pendant la prise de vue. De l’adaptation du scénario en passant par le placement des objectifs devant la scène et la clé de voûte d’une captation 3D. Dans un local externe au Palais des Sports, ils travaillent sur les caméras et les calibrent à chaque instant pour un résultat optimal. Cette équipe est composée de stéréographes coréens cette captation. Le travail a été assez fastidieux notamment avec la barrière de la langue, de nombreux documents (scénario par exemple) ont dû être traduits pour que les équipes françaises et coréennes puissent travailler de concert.

Le spectacle sera disponible en Novembre 2013 en DVD et Bluray 3D dans les divers circuits de distribution. Des projections en salles obscures seront également proposées en 3D.